Home » La Violence de lhumanisme : Pourquoi nous faut-il persécuter les animaux ? by Patrice Rouget
La Violence de lhumanisme : Pourquoi nous faut-il persécuter les animaux ? Patrice Rouget

La Violence de lhumanisme : Pourquoi nous faut-il persécuter les animaux ?

Patrice Rouget

Published April 16th 2014
ISBN :
Kindle Edition
78 pages
Enter the sum

 About the Book 

Pourquoi le destin de l’animal empire-t-il au fur et à mesure que la civilisation progresse? Pourquoi, dans une société aussi développée que la nôtre, aussi assurée de ses capacités, aussi capable de subordonner ses besoins élémentaires à uneMorePourquoi le destin de l’animal empire-t-il au fur et à mesure que la civilisation progresse ? Pourquoi, dans une société aussi développée que la nôtre, aussi assurée de ses capacités, aussi capable de subordonner ses besoins élémentaires à une réflexion morale, persécute-t-on les animaux avec une bonne conscience qui frise parfois la jouissance ? L’humanisme métaphysique, en divinisant l’homme, exige-t-il que celui-ci vive dans le déni de ses origines, et punisse les animaux de lui être trop semblables ? Est-ce parce qu’ils échappent à la fatalité rhétorique, ne sont pas soumis à la passion mauvaise du moi, parce qu’ils se contenteraient, s’ils le pouvaient, de vivre pleinement leur vie qui est fusion avec le monde jusqu’à la mort qui est leur ultime abandon à l’ordre des choses, que les animaux sont l’objet d’une telle férocité de la part de nous autres, les humains ? Ne les haïssons nous pas, au fond, d’en être capables ? Dans cet essai lumineux, Patrice Rouget reconstitue le parcours métaphysique qui nous a amenés à nous détourner de l’animal pour ensuite le transformer en bouc émissaire de nos imperfections, puis à le ravaler au statut d’objet industriel uniquement destiné à satisfaire nos pulsions hédonistes, avec la caution permanente de l’humanisme métaphysique, idéologie illusoire qui accompagne avec une constance impressionnante l’histoire de la philosophie. Sotto voce, il instruit le procès d’une humanité qui a décidé d’asseoir son « exception naturelle » sur le supplice du reste du vivant.